Diabète de type 1 | Les hypoglycémies

Les hypoglycémies : la hantise de tous les parents d’enfants diabétiques … Ces malaises qui se traduisent par une glycémie trop faible qui rendent nos enfants parfois agressifs, tout blancs, absents, voire sans connaissance…
De nombreux parents m’ont demandé des informations sur les hypoglycémies, d’où l’article ci-dessous. Vous y trouverez des expériences personnelles mais aussi un peu de théorie que l’on m’a enseigné à l’hôpital …

Lorsqu’on a un diabète de type 1, il faut apprendre à jongler avec les hyper- et les hypoglycémies. L’hypoglycémie fait partie de la vie du diabétique. On m’a dit qu’avec un diabète équilibré on ne peut éviter les hypoglycémies, et que 5 ou 6 hypoglycémies par semaine est tout à fait normal.

Mais avant tout : qu’est-ce qu’une hypoglycémie ? Que se passe t’il dans le corps ?

L’hypoglycémie est une baisse du taux de sucre dans le sang en dessous de 60 mg/dl. Mais le diabétique peut aussi ressentir une hypoglycémie alors que sa glycémie est normale, voire haute (mais en chute libre ↓ ). La plupart du temps, le diabétique « ressent » ses hypoglycémies et doit apprendre à les reconnaître.

L’hypoglycémie peut survenir très rapidement. Je me souviens qu’un jour (le soir du lundi 11 février, voir les courbes ci-dessous), au moment du coucher, je teste mon fils à 262 avec une tendance ↓ sur le lecteur FreeStyle libre. Je me dit, tout va bien, cela va se normaliser, il y a de la marge. Pourtant, mon fils me rappelle 10 minutes plus tard et me dit qu’il se sent en « hypo ». Je m’interroge ??? Ce n’est pas possible … sauf que le lecteur FreeStyle indiquait 151 ↓. Quelle descente vertigineuse !! Mon enfant ressentait bien l’hypoglycémie arriver et surtout la chute très rapide de sa glycémie. Trois sucres plus tard, tout rentrait dans l’ordre, et mon enfant a pu s’endormir… Comme on voir sur les courbes ci-dessous, l’hypoglycémie a été très limitée et la nuit s’est passée correctement.

En fait, en cas de baisse rapide de la glycémie, le corps envoie plusieurs signaux d’alarme afin de nous prévenir. Il secrète de l’adrénaline, l’hormone du stress. Et c’est grâce (à cause) de cette hormone que le diabétique en hypoglycémie va manifester divers symptômes comme :

  • une transpiration excessive, la peau moite
  • des tremblements
  • un teint pâle
  • un manque de coordination
  • une fatigue soudaine, de la somnolence
  • un changement de comportement (agressivité soudaine)
  • une démarche chancelante
  • une faim soudaine
  • des maux de tête
  • une incapacité à se concentrer
  • des troubles visuels (papillons devant les yeux)
  • et il y en certainement beaucoup d’autres ….

Il suffit de donner à manger du sucre pour faire disparaître ces symptômes. C’est ce que l’on appelle une hypoglycémie légère et modérée.

L’hypoglycémie peut aussi devenir sévère si l’enfant ne peut absorber du sucre car son état ne lui permet pas : évanouissement, inconscience, désorientation, somnolence, convulsions. L’injection de Glucagen devient impérative. Sachez qu’en 5 ans de diabète, je n’ai jamais eu à injecter du Glucagen à mon enfant.

Est-ce que c’est grave de faire une hypoglycémie ?

Notre corps est bien fait. Lorsque notre glycémie chute, le corps fait tout ce qu’il peut pour fournir au cerveau tout le glucose dont il a besoin pour fonctionner, que l’on soit diabétique ou pas. En plus de l’adrénaline, le corps va secréter des hormones qui ont pour mission d’augmenter la glycémie (comme le glucagon qui va libérer le glucose stocké dans le foie). Cela explique pourquoi, une hypoglycémie peut « remonter » tout seule. Cela arrive assez souvent à mon enfant la nuit. Une « petite » hypo vers 6 heures du matin et au réveil, tout va bien. Les hormones ont fait leur boulot.

Hypoglycémie en fin de nuit qui est remontée toute seule. 77 au réveil, parfait !

Souvent, on a peur des hypoglycémies car on peut perdre connaissance. Mais la perte de connaissance est une réaction du corps normale lorsque la glycémie n’arrive pas à remonter malgré les hormones hyperglycémiantes. Le cerveau nous déconnecte de nos fonctions motrices afin de concentrer les besoins en glucose vers les organes vitaux. C’est donc un mode de survie.

Donc, non, une hypoglycémie n’est pas grave. Ce qui peut être dangereux, c’est de ne plus ressentir ses hypoglycémies à force d’être trop bas en permanence et de perdre connaissance au mauvais endroit au mauvais moment (piscine, en haut d’un arbre, en conduisant, etc …).
Si l’on devait comparer, les hyperglycémies sont beaucoup plus dangereuses (complications à long terme) que les hypoglycémies.

Mais pourquoi un diabétique fait-il des hypoglycémies ?

La glycémie est le résultat de l’équilibre entre plusieurs facteurs : l’insuline, l’alimentation et l’activité physique principalement. Malheureusement, chez un diabétique, cet équilibre n’est plus ajusté de manière précise et c’est pourquoi diverses situations de la vie courante peuvent le perturber.

  1. L’alimentation : une hypoglycémie peut survenir si les apports alimentaires sont inférieurs à la consommation habituelle (assiette non terminée, pas de dessert, …)
  2. L’insuline : une dose trop importante peut provoquer une hypoglycémie (erreur à l’injection), ou alors si l’injection n’est pas suivie d’un repas, ou si l’insuline est injectée dans un muscle sollicité par une activité physique intense (ex : bras pour tennis)
  3. L’activité physique : si elle n’est pas prévue, c’est à dire si l’on n’a pas adapté les doses d’insuline avant le sport, une hypoglycémie peut vite arriver.

Concrètement, que faire en cas d’hypoglycémie ?

Tout d’abord, en cas de signes d’hypoglycémie, vérifier la glycémie car une hyperglycémie peut avoir les mêmes symptômes….

En cas d’hypoglycémie avérée (< 60 mg/dl), donner à l’enfant 1 morceau de sucre / 20 kg de poids. C’est à dire, si mon enfant pèse 40 kg, il aura besoin de 2 sucres en théorie (je commence par donner 1 sucre, et je vois s’il faut en donner un 2 ème ou pas en re-testant la glycémie 15 minutes après le 1 er sucre). Pour accélérer l’absorption du sucre, l’idéal est de diluer le morceau de sucre dans un peu d’eau, ou de le remplacer par une cuillère à café de sirop de sucre liquide. Le soir ou la nuit, je donne uniquement le sucre sous forme liquide avec une paille. Cela évite le contact du sucre avec les dents (caries) …

Mon médecin m’avait conseillé de prendre un biscuit (type petit beurre) systématiquement avec le morceau de sucre en cas d’hypoglycémie. Aujourd’hui, je ne donne plus de biscuit à mon enfant, seulement du sucre. En effet, cela a eu une incidence sur son poids à grignoter des biscuits plusieurs fois par jour …. Je me suis aperçue que le sucre seul était suffisant. Pas besoin de plus. Et la prise de poids a ralenti …

Si l’absorption du sucre est impossible (inconscience, vomissements), il faut alors injecter le Glucagen (1/2 dose si l’enfant pèse moins de 25 kg). Si vous n’avez pas de Glucagen et que votre enfant ne peut manger du sucre, il faut faire appel au SAMU.

Kit de Glucagen

Il faut recontrôler la glycémie 15 minutes après, vérifier qu’elle remonte bien. Sinon, il faudra redonner un morceau de sucre. Les symptômes peuvent être lents à disparaître, il faut faire patienter son enfant qui aura tendance à vouloir avaler la boîte à sucre en entier !!

Certains parents refusent de donner du sucre à leur enfant diabétique, même en cas d’hypoglycémies. Ce sucre a tellement été diabolisé qu’il a été banni des placards. Mais sachez que le sucre pur est ce qu’il y a de plus rapide et de plus simple pour faire remonter la glycémie. J’ai testé la compote par exemple et c’est loin d’être rapide. Mon enfant est resté mal en point pendant plus de 30 minutes. C’était vraiment trop long. On peut aussi donner du jus de fruit (sans pulpe), mais il est difficile de contrôler la quantité.

Il faut aussi être prudent dans le choix des aliments pour traiter une hypoglycémie. On aurait tendance à se tourner vers les aliments interdits (bonbons) et l’enfant pourrait associer hypoglycémie avec récompense alimentaire …. Par contre, lorsque mon enfant est invité à un anniversaire, je lui autorise de manger des bonbons s’il est en hypo. Comme c’est souvent le cas car il se dépense beaucoup, il est heureux comme un pape à ce moment là. Faut bien se faire plaisir de temps en temps !

Alors, comment éviter les hypoglycémies ?

En pratique, c’est assez compliqué, mais la meilleure façon d’y remédier, c’est d’essayer de comprendre pourquoi l’hypoglycémie est arrivée, et comment on aurait pu l’éviter afin que cela ne se reproduise pas ou peu. En général, on trouve toujours une explication (sport intense, repas léger, trop d’insuline….), mais parfois, on ne l’explique pas. Il est important de noter dans le carnet de suivi les hypoglycémies et d’en parler avec son médecin. Il peut vous aider à réajuster les doses d’insuline par exemple ou décaler les moments ou zones d’injection.

Et puis, un outil formidable je trouve, que beaucoup de diabétiques ont maintenant, ce sont les lecteurs de glycémie en continu, comme le FreeStyle libre par exemple. Les tendances ↓ ou ↘ nous aident à prévenir beaucoup d’hypoglycémies. On peut anticiper et donner du sucre avant le malaise. C’est très confortable.

Pour terminer cet article, si j’avais une seule recommandation à vous donner, c’est de ne JAMAIS sortir de la maison sans avoir du sucre sur VOUS et sur VOTRE ENFANT. Donc, on en met dans son sac à main, dans son blouson, dans la boîte à gants de la voiture, dans le cartable, ….

Voilà, j’espère que cet article vous a plu. J’attends avec impatience vos commentaires pour me faire part de vos expériences, car nous sommes tous différents, et nous avons tous nos façons de faire qui nous conviennent… A très vite !

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Abonnez-vous !

Sans spam garanti

J'accepte que mes informations personnelles soient transférées à MailChimp ( more information )
Powered by Optin Forms

6 thoughts on “Diabète de type 1 | Les hypoglycémies”

  1. Bonjour Magalie.
    Merci pour cet article très rassurant. Il est vrai que lors du séjour à l’hôpital à la déclaration du diabète de notre fils, l’explication des hypoglycémies est accompagnée de mots effrayants comme « perte de connaissance », ou encore « coma ». Dernièrement la diabétologue nous a dit, voyant que nous avions peur:  » on ne meurt pas d’une hypothèque nocturne ». Cette crainte nous empêchait de faire les bonnes injections d’insuline au repas du soir par peur de… Bien que, comme vous, nous n’ayons jamais eu recours au glucagen en 4 ans 1/2.
    Maintenant, tout va beaucoup mieux, nous n’hésitons plus à ajuster les ratios sans minimiser systématiquement (il est au stylo).
    Pour le sucre + biscuit, je suis d’accord avec vous. Quelques fois, juste 1 ou 2 sucres suffisent à faire remonter la glycémie dans la cible, même la nuit et sans biscuit. Si ça ne suffit pas, nous lui donnons 1/2 ou 1 madeleine longue entière. C’est un biscuit assez efficace je trouve, plus que le petit beurre. Mais attention à la dose.
    Merci encore pour ce partage.
    Bonne journée à tous.
    Véronique.

  2. Bonjour c est un super article moi même maman d une petite fille diabetique de 5ans depuis 1 an j apprends des choses.le seul aspect que je ne vois pas c est le cas où une hypo en dessous de 40mg/dl n est pas ressentie et pour le coup c est ce qui m effraie le plus d ou des contrôles très réguliers.. mais si vous avez déjà vécut le cas je suis preneuse.mervi pour vos articles et votre investissement.

    1. Bonjour et merci pour vos compliments !!
      Mon enfant aussi, je vous rassure, peut avoir des hypoglycémies qu’il ne ressent pas. C’est souvent quand il est très occupé et qu’il ne « s’écoute » pas.
      Pour votre petite fille, cela fait juste un an qu’elle est diabétique et peut-être qu’elle n’a pas encore bien repéré ses symptômes d’hypoglycémie. Justement, vous pouvez l’aider à les reconnaître et à lui faire dire ce qu’elle ressent quand elle est en hypoglycémie. Pour l’instant, cela doit être encore difficile pour elle … et pour vous également. Mais vous apprendrez ensemble.
      A bientôt !
      Magali

    2. Bonjour,
      Nous avons vécu ce cas là plusieurs fois. Will s’est déjà retrouvé à « low » sans sentir sa glycémie descendre. Notre diabétologue nous a conseillé de laisser notre fils avec des glycémie un peu haute pendant quelques jours pour lui permettre de retrouver une sensibilité de « descente ». Et ça a bien marché pour lui. Après, votre fille est encore petite et diabétique depuis peu. Sa sensibilité va s’affiner au fil du temps. Il y a tellement de choses à gérer/apprendre avec le diabète…

  3. Salut, merci pour l’article, nous aussi on a un petit problème de poids, je vais tenter de supprimer le biscuit…bonne idée.
    Pour le resucrage, nous utilisons du sucre pur ( marque Daddy, il dit que les autres sont moins bon, c’est drôle non?) et on en met partout nous aussi pour n’être jamais en rupture, par contre j’autorise, 1sucre 1/2 + 1 bonbon ( pour 42 kilos) mais toujours le sucre plus efficace, le bonbon est trop lent, sinon il dévore saucisson et yaourts!! Bonjour le poids!
    Nous ne faisons pas de test la nuit, mais quand Gabriel porte un freestyle, je vois en effet que cela arrive et qu’il contrebalance le matin, je veille qu’il soit un peu haut au coucher ( environ 180).
    Et pour rassurer: jamais besoin du glucagen en 3 ans pour mon enfant et en 20 ans pour mon mari, mais toujours vigilant!
    Par contre, je me suis toujours demandé qu’est-ce qui déclenche le coma in fine si le corps est censé réagir seul, surtout la nuit?

    1. Merci Marion pour votre commentaire.
      Moi aussi je dois cacher le saucisson et le camembert (d’ailleurs je n’en achète plus que très rarement …).
      Pour répondre à votre question, le coma diabétique et la perte de connaissance suite à une grosse hypoglycémie sont 2 choses différentes. Ce que l’on appelle le coma diabétique est due à une hyperglycémie chronique (arrive parfois à la découverte du diabète). Le corps ne peut plus utiliser le glucose car il n’a plus d’insuline. Il dégrade alors ses graisses (carburant de secours) mais cela produit des corps cétoniques qui vont acidifier le sang, ce qui mène au coma.
      La perte de connaissance lors d’une d’hypoglycémie est en fait le dernier recours que le corps a pour assurer son fonctionnement. Une fois qu’il a presque épuisé toutes les réserves de glucose (foie, muscles, alimentaire), il n’a plus qu’une solution : nous mettre au repos de force afin de continuer à alimenter les organes vitaux. Voilà, le corps a bien une réserve de glucose pour palier à une petite hypoglycémie, mais cette réserve reste limitée.
      J’espère avoir répondu à votre question. A très bientôt !
      Magali

Laisser un commentaire