Diabete type 1 | Mes 7 astuces en cuisine

A la sortie de l’hôpital, nous avons tous eu notre plan alimentaire qui détaille en quantité ce que peut manger notre enfant.

Le problème, c’est que ce plan n’est pas toujours très simple à comprendre, et le risque est de préparer toujours les mêmes structures de repas.

Aussi, je vous propose de démarrer une série d’articles consacrés à l’alimentation au quotidien d’une famille d’enfant diabétique. Les conseils que je développerai s’appliquent aussi bien aux familles concernées par le diabète de type 1 que par le diabète de type 2, quel que soit l’âge du diabétique, y compris adulte.

Je vais donc commencer par un article dans lequel je vous détaille quelques unes de mes astuces pour :

  • s’organiser afin de préparer des repas équilibrés rapidement,
  • cuisiner pour toute la famille,
  • et varier au maximum ses menus.

Les voici :

1-Portionner

Au départ, on utilise beaucoup la balance et c’est très important. Le moindre petit bout de pain est pesé, le plat de pâtes aussi … En effet, notre principale difficulté consiste à savoir estimer la quantité de glucides des aliments. Petit à petit, on apprend à estimer visuellement le poids d’une tranche de pain ou des pâtes dans l’assiette.

Personnellement, pour le pain, je l’achète à l’avance. Je le tranche en portions de 30 g (j’en pèse une et j’estime les suivantes) que je mets au congélateur. Ensuite, il me suffit de sortir les tranches au fur et à mesure des besoins. J’ai toujours une tranche de pain frais sous la main, et je varie les sortes de pain pour diversifier les saveurs !

Pour les féculents, voici mon astuce : j’ai trouvé un récipient de type bol ou ramequin, qui une fois rempli de féculents contient exactement le poids des portions que je désire. Cela m’évite de me déplacer avec ma balance quand je ne mange pas à la maison. Cela peut-être aussi une solution pour mesurer à la cantine.

Autre astuce : pour les plats cuisinés (lasagnes par exemple), je calcule la quantité totale de glucides dans la recette entière et je divise en fonction de la quantité de glucides désirée par portion. Je prépare souvent à l’avance et met au congélateur.

Par exemple : quand je prépare une tarte, je sais qu’elle fera environ 250 g de glucides. Je la coupe en 8 parts égales, chacune d’entre elle comportant alors environ 30 g de glucides.

2-Diversifier

Le principal risque du « régime diabétique » est de lasser les diabétiques du rituel pâtes – riz – pommes de terre. Pour éviter ce problème, je prépare ces 3 féculents de différentes manières.

Autre solution : je propose d’autres féculents, qui plus est encore meilleurs pour l’équilibre glycémique :

  • lentilles,
  • pois cassés,
  • haricots blancs ou rouges,
  • blé,
  • boulgour,
  • quinoa, …

Dans mes placards, j’ai un large choix de féculents, et j’évite les féculents à cuisson rapide; ils ne sont pas bons pour la glycémie, mais j’y reviendrai dans un autre article.

3-Les légumes

Pour les légumes frais, j’ai toujours des légumes dans le réfrigérateur (carottes, salades, tomates, concombres ….) pour palier à un repas de dernière minute. J’utilise au maximum des légumes de saison.

Pour les légumes cuits, ou hors saison, je me sers beaucoup de légumes surgelés nature parce qu’ils sont vite préparés.

4-Les laitages

J’ai beaucoup de laitages natures au réfrigérateur.

J’ai aussi quelques laitages sucrés pour le plaisir, de temps en temps :

  • fromages blanc,
  • yaourt nature,
  • petits suisses,
  • faisselles …

Il est là aussi important de varier en alternant avec des fromages car la lassitude peut vite arriver.

5-Les compotes

J’ai toujours un stock de compotes sans sucre ajouté sous la main, en pot ou en gourde, afin de remplacer un fruit frais si je n’en ai pas et souvent bien pratique en déplacement.

Astuce écologique et économique : plutôt que d’acheter d’énormes quantités de petits pots, j’achète mes compotes en pots de 1kg (sans sucre ajouté). Au moment du repas, je remplis un ancien pot de compote vide gardé pour cette occasion. Cela économise des emballages et quelques euros au passage. Les gourdes, je les réserve pour les sorties de classe ou les randonnées en famille.

Encore une fois, pour éviter la lassitude, je varie les saveurs des compotes.

6-La liste de courses

Comme vous voyez, je m’organise et j’anticipe au maximum. Cela commence par la liste des courses.

Pour être sûre de ne manquer de rien, ma liste de courses est à peu près toujours la même chaque semaine.

Voici ma liste type, qui peut bien sûr être personnalisée en fonction de vos propres besoins, et qui varie aussi en fonction des saisons :

  • légumes crus : salade, radis, concombre, tomates, carottes, …
  • légumes cuits : haricots verts, brocolis, aubergines, courgettes, …
  • Fruits frais : petits fruits portionnables de préférence, faciles à manger et à emporter
  • Compotes : en pots individuels, en gourde et en gros pot de 1kg
  • Biscuits type Petit Beurre, mais aussi madeleines, biscuits chocolatés (j’évite les biscuits à la confiture, trop hyperglycémiants)
  • Fromages blanc nature, yaourts natures, quelques desserts aromatisés, du lait
  • Fromages secs
  • Poisson, viande, jambon blanc
  • Pâtes, blé, lentilles, mélange de céréales à cuire
  • pain aux céréales, pain complet …..
  • huile d’olive, de soja
  • beurre
  • du sucre en morceaux (pour les hypos)

7-Les petits à cotés qui aident bien

Enfin, voici mes dernières astuces en cuisine :

  • Je saupoudre les crudités de levure de bière : c’est plein de vitamines !
  • Je décore les plats avec des petites tomates, dessine un bonhomme dans l’assiette lorsque mon garçon aime moins les aliments que je lui propose
  • Je prépare des légumes et des fruits à tous les repas.
  • Je varie les repas au maximum. Je sais que ce n’est pas facile au début, mais c’est indispensable pour ne lasser personne et ne pas dégouter nos enfants d’un aliment en particulier.
  • Je fais le même menu pour toute la famille. Si tout le monde mange la même chose, j’évite que mon petit malade se sente exclu. Et comme l’alimentation du diabétique est la meilleure qui soit, c’est bon pour toute la famille !
  • A la maison, on mange tous ensemble autour de la table, en famille. On n’a pas « le petit diabétique » d’abord et le reste de la famille après.
  • L’alimentation doit rester un plaisir. Je ne force pas mon enfant à manger s’il n’aime vraiment pas un plat. J’essaie toujours de trouver des idées pour lui faire accepter, d’une manière différente. Et si vraiment il n’aime pas un aliment, je ne lui en sert plus, ce n’est pas grave. Il y a toujours moyen de trouver un équivalent. Par exemple, un morceau de pain équivalent en glucides à ce qu’il a laissé dans son assiette.
  • Quand je peux, j’ajuste la dose d’insuline en fonction du repas (ce sera l’objet d’un dossier thématique sur l’insulinothérapie fonctionnelle), car nous avons fait le choix d’injecter l’insuline à la fin du repas, sauf si la glycémie est très haute avant le repas.
  • Enfin, je laisse au maximum mon enfant peser ses aliments lui-même s’il le souhaite. Et calculer “tout seul” la quantité de glucides. Cela le responsabilise, le valorise et il en est très fier !

Voilà ce que je pouvais vous dire sur les astuces que j’ai mises en place. Peut-être en avez-vous d’autres que vous pourriez partager avec nous ? Si c’est le cas, vous pouvez utiliser le formulaire de contact ci-dessous.

Et si vous avez des questions concernant cet article ou l’alimentation de votre enfant, n’hésitez pas non plus à nous écrire en utilisant le formulaire.

A bientôt !

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Abonnez-vous !

Sans spam garanti

J'accepte que mes informations personnelles soient transférées à MailChimp ( more information )
Powered by Optin Forms
Recherches utilisées pour trouver cet article :diabetique de type 1 : priviler fruit ou compote,cuisiner rouelle pour diabete type 1,diabete enfant alimentation,diabétique type 1 mange des pomme ces bou

2 thoughts on “Diabete type 1 | Mes 7 astuces en cuisine”

  1. Bonjour,
    Notre fils mange assez équilibrer il adore les crudités et les fruits alors c’est facile.
    Mon seul soucis c’est que en dehors des danettes, il n’aime pas les desserts, pas de yaourt, pas de tartes ou autre.
    Du coup, je trouve qu’il prend des desserts trop sucrés, les danettes pas top. Auriez-vous une idée pour m’aider ?

    1. Bonjour, si votre enfant mange équilibré avec fruits et crudités, c’est très bien et il peut s’autoriser un dessert sucré de temps en temps.
      Une Danette = un laitage + un fruit (soit 15 à 20 g de glucides). Cela doit rester occasionnel car ce dessert ne doit pas remplacer les fruits systématiquement.

      Pour remplacer les laitages, avez-vous essayé le fromage blanc, la faisselle, les petits-suisses natures ou sucrés (1 petit suisse sucré de 60 g = 5 g de glucides, comme un yaourt) ? Et puis les laitages peuvent aussi être remplacés par du fromage. S’il n’aime pas le fromage, on peut l’intégrer dans les plats cuisinés (pizza, gratins, sauce béchamel).

      Des idées de desserts qui changent des habitudes : fruits cuits (pomme au four, morceaux de pommes cuites non mixés), purée de fruits frais, milk-shakes, crumble, salade de fruits frais, brochettes de fruits, des crêpes, clafoutis …. Avez-vous déjà essayé de préparer des flans à l’édulcorant ?

      Voilà, je sais qu’il n’est pas facile de changer les habitudes alimentaires des enfants. Je pense que le plus important est de ne pas les priver de ce qu’ils aiment, de leur expliquer pourquoi certains aliments sont meilleurs que d’autres pour la santé et de varier le plus possible ses menus pour éviter la lassitude.
      J’espère avoir répondu en partie à votre demande. N’hésitez pas à me recontacter pour tout renseignement complémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *