Le sport : l’ami du diabète

La semaine dernière, nous avons réalisé un véritable exploit sportif avec mon fils diabétique. Nous avons parcouru 220 km à vélo sur 5 jours dans des conditions climatiques parfois très difficiles (vent de face, grosse chaleur). Nous avons pédalé des fois plus de 7 heures dans la journée. 4 cols, 2354 m de dénivelé positif … C’était très éprouvant, mais face au diabète, on a été les plus forts !!!

Grâce aux entraînements, j’ai rapidement su comment adapter les doses d’insuline. J’avais comme base de diminuer l’insuline lente de 20 % et l’insuline rapide de 30 %. Très vite, j’ai baissé encore les doses d’insuline rapide (-40 % à pas d’injection à certains goûters) et côté alimentation, j’ai laissé mon enfant manger ce qu’il voulait quand il voulait. De nombreuses collations étaient distribuées dans la journée (barres de céréales, compotes, biscuits…) et il a en profité autant que les autres enfants. Et sa glycémie était toujours proche de la perfection, les nuits parfaites à 120 en moyenne. La gestion du diabète était beaucoup plus facile, on l’a presque oublié parfois …

C’est avec fierté que je vous montre les courbes de glycémie sur les 5 jours de randonnée vélo !!!

Comme vous pouvez le voir, il n’a eu que très peu d’hypoglycémies. Elles ont été rapidement traitées avec des jus de fruits (une briquette = 20 g de glucides). Puis en prévention, si l’effort était encore long et intense, mon fils mangeait des barres de céréales et des compotes régulièrement. Aucun morceau de sucre dans la semaine !!! C’est très rare en temps normal !!

Les repas des midis étaient composés essentiellement de sandwiches et de fruits frais, et les repas du soir étaient de vrais repas bien consistants : paëlla, couscous, pâtes avec entrées ET desserts ! Et les nuits qui s’en suivaient étaient parfaites !!!!!

Tout ceci montre à quel point le sport peut avoir une influence sur la gestion du diabète. C’est un élément primordial de l’équilibre du diabète et il ne faut pas en avoir peur. Nous avons encore énormément appris sur le diabète, c’est une expérience très positive. Je dirai que grâce au sport, le diabétique peut retrouver une certaine liberté. Alors ? A vos baskets !!

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Abonnez-vous !

Sans spam garanti

J'accepte que mes informations personnelles soient transférées à MailChimp ( more information )
Powered by Optin Forms

11 thoughts on “Le sport : l’ami du diabète”

  1. Je viens de voir l’article sur la préparation de l’exploit sportif avec l’école de votre fils. Mille excuses pour la question dans mon commentaire précédent, je n’avais pas vu avant cet article avant. Il est très intéressant dans votre analyse des besoins d’insuline pendant l’effort. J’en prend bonne note pour nos expériences personnelles.
    Bonne continuation à vous.

    1. Bonjour, merci Véro.
      Je vous souhaite de vivre une expérience aussi intense. On se rend alors vraiment compte que le diabète n’est pas un obstacle pour vivre heureux !
      A bientôt !

  2. Bonjour,
    Je suis bluffée par votre aisance à gérer les efforts sportif de votre fils. Bravo !
    Je voulais vous demander: vous faites partie d’un club ou autre chose pour faire une rando comme celle-ci, ou c’est juste à initiative personnelle ?

    1. Bonjour et merci Carole ! Il est vrai que je suis fière des résultats glycémiques, mais je me rends compte que ce n’était pas si difficile que cela finalement. Le sport a fait 80% du travail !!
      A bientôt et bonne journée !

  3. Bravo ! Il est incontestable que le sport fait partie intégrante du traitement du diabète. A consommer sans modération !!!!
    Catherine (diabétique à l’âge de 6 ans j’en ai 60 aujourd’hui !!! )

  4. Bonjour !
    Déjà bravo à vous deux pour cet exploit !
    Et je suis entièrement d’accord avec vous quant aux bénéfices du sport !
    Mon fils nage deux fois par semaine, 1h30 en début d’après midi, entrainement assez intensif, à visée de compétition.
    Comme il a de toutes petites doses d’insuline rapide nous anticipons en n’en faisant pas au repas de midi ces jours là et en chargeant en sucres lents (vive les pâtes), et comme l’effort lié à la natation impacte les glycémies sur plusieurs heures ensuite il n’y a en général pas besoin de faire de rapide au gouter ni parfois au diner ces jours là.
    Et j’ai vraiment l’impression que l’effet se prolonge aux jours sans piscine car les semaines où il ne peut pas nager les courbes de glycémie sont beaucoup moins jolies.
    La diabéto m’avait dit une fois que les enfants en sport études qui donc font énormément de sport sont les plus faciles à équilibrer.
    Donc je confirme : vive le sport !!!

  5. Félicitations pour cet enorme exploit c’est vrai 200km c’est tres tres fort bravo….. j’ai remarqué que vous essayer toujour d’eviter les hypos mais pas les hypers j’aimerai savoir quand les hypers sont inquiétant merci

    1. Bonjour, et merci beaucoup pour votre commentaire !
      Les hyperglycémies sont à éviter sur le long terme. Une hyperglycémie n’est pas « grave » lorsqu’elle ne dure pas longtemps. Par contre, une hypoglycémie peut vite être handicapante en cas d’activité sportive. C’est pourquoi j’ai tenté de les éviter au mieux. Je corrigeais ensuite les hyperglycémies si elles duraient trop longtemps. J’ai écrit un article sur les hyperglycémies, je vous invite à le lire : https://mon-enfant-diabetique.com/diabete-type-1-hyperglycemie/.
      Belle journée !!

Laisser un commentaire