Témoignage de Christine, maman d’un enfant diabétique

Je reçois régulièrement de beaux messages de la part de mes lecteurs et je tenais à vous faire partager le témoignage de Christine, qui a un long parcours auprès de son enfant diabétique, devenu adulte à présent. Au nom de tous, je la remercie pour ce partage ! Bonne lecture !

Je m’appelle Christine et je suis la maman d’un jeune homme diabétique type 1. Lorsque le diabète est entré dans ma famille, Alexandre n’avait que 2 ans et demi. J’étais une maman très jeune d’à peine 25 ans. C’était la première fois que j’entendais parler du diabète juvénile. Après confirmation, j’ai aussitôt participé au « stage » d’insertion au Service endocrinologie du CHU de Nantes. A ce moment là, j’ai pris conscience de la gravité du diagnostic. Cependant, je me souviens avoir été dans l’acceptation de ce verdict … et cela m’a beaucoup aidé à faire face aux « surprises » du diabète de nos Petits bouts de choux. 
J’ai rapidement assimilé le traitement, les courbes de glycémie, les unités d’insuline (lente, semi-lente et rapide) ainsi que le glucagon. A l’époque, c’était en 1983, les injections se faisaient avec les petites seringues et j’avais pour guide les bandelettes pour mesurer le glucose dans les urines ainsi que les dextro. 
Les outils commençaient juste à se perfectionner…
Ma profession m’obligeait à beaucoup voyager. Je travaillais dans nos ambassades à l’Etranger et j’étais souvent nommée dans des pays du Tiers-Monde où, à cette époque, je trouvais rarement la qualité des outils et les  insulines que me procurait la France. Je faisais donc une provision pour six mois. Je rentrais périodiquement en France tous les 6 mois pour les suivis médicaux d’Alexandre. A l’Etranger, je me mettais en contact avec un endocrinologue local pour avoir une sécurité en cas de grave déséquilibre. 
Pendant toutes ces années, nous avons eu des hauts et des bas avec au menu les hypoglycémies, les hyperglycémies et quelques urgences… 
Ayant, dès le départ, adopté un lâcher-prise, une très bonne information sur le traitement et une attitude positive pour l’enfant, je peux dire maintenant, après 38 ans, que le parcours du diabète pendant l’enfance et l’adolescence d’ Alexandre s’est bien déroulé dans son ensemble. 
Ce qui m’a beaucoup aidé, c’est que nous étions tous concernés et prêts à nous aider les uns les autres. Je me réfère à ma famille et à ma belle famille.  Je me souviens que maman et ma belle-maman étaient très coopératives. Elles avaient aussi participé a l’insertion hospitalière afin d’en apprendre autant  que moi. Alexandre allait passer les vacances scolaires en alternance chez l’une et chez l’autre. Elles se débrouillaient tellement bien toutes les deux ! Les repas étaient confectionnés pour lui sans aucun interdit. Les activités aussi. Il était très bien surveillé mais sans pression.
J’avais aussi décidé de mettre l’accent sur la NORMALITE  de la vie d’Alexandre. Je ne le privais de rien. Il pouvait goûter à tout en petites quantités. Je me disais que les interdits pouvaient attirer davantage d’écarts, surtout à l’adolescence… Je le conscientisais un peu tous les jours qu’il devait prendre soin de son traitement pour être au mieux de sa forme. Je ne le culpabilisais pas s’il faisait un écart alimentaire. Avec les copains, il ne s’est jamais senti exclu mais très bien accepté. Les copains connaissaient le diabète et eux aussi collaboraient quand c’était nécessaire. C’était d’ailleurs assez touchant!
Aujourd’hui Alexandre va fêter ses 40 ans. Il exerce le métier de diététicien… Il est marié avec une jeune femme très compréhensive (elle est infirmière…). Ils ont  trois beaux enfants. Aucun n’est diabétique! Il est bien dans sa peau, fait du sport et soigne son alimentation. 
Je tenais a vous résumer rapidement mon parcours. J’ai vécu des périodes plus fortes que d’autres mais toujours dans l’acceptation et la normalité des choses. 

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Abonnez-vous !

Sans spam garanti

J'accepte que mes informations personnelles soient transférées à MailChimp ( more information )
Powered by Optin Forms

2 thoughts on “Témoignage de Christine, maman d’un enfant diabétique”

  1. Merci Christine pour ce témoignage plein d’espoir.
    Étant moi même papa d’un petit garçon diabétique type1, diagnostiqué en avril 2017 avant ses deux ans, j’avoue qu’au départ il m’a fallu du temps pour accepter ce qui arrivait.
    Je suis tombé par hasard sur ce site que je consulte régulièrement depuis, et j’ai compris que le diabète comme l’a bien dit Magalie est comme un nouveau né qui arrive comme ça dans votre vie.
    En tout cas c’est de cette façon qu’il fallait l’aborder.
    Avec le temps, moi et ma femme, avons gagné en confiance dans la gestion de cette maladie. Confiance que nous transmettons de façon souvent inconsciente et naturelle je dirais, à notre petit.
    Aujourd’hui âgé de 4 ans et scolarisé en maternelle, nous nous efforçons de na pas trop le priver par toutes ces choses qui tentent les enfants de son âge mais en même temps on y travaillant sur les dosages,quantités et les périodes.
    Je peux dire, aujourd’hui, que tout se passe « très bien » avec les nouveaux dispositifs qui nous facilitent vraiment les choses (Capteur)
    N’étant pas encore autonome, le seul problème est dans l’organisation à mettre en place pour être disponible en permanence pour l’école et pour lui. Je pense que c’est le prix à payer pour les parents d’enfants atteints par cette maladie. (J’ai choisi de travailler de nuit pour être joignable la journée)
    Je termine en vous remerciant Magalie mais également encore une fois Christine qui nous permet d’avoir, à travers ce genre de témoignage une projection dans l’avenir.

    Rabah

Laisser un commentaire